La nourriture qui nous rend accro

De la drogue dans nos assiettes - MO NutriSanté Coaching

Savons-nous réellement ce qui se trouve dans nos assiettes ? Le scandale concernant l’origine de la viande dans les barquettes de lasagnes préparées démontre que ce n’est pas le cas. Et c’est un cas parmi tant d’autres.
Les industriels nous avaient vendu de la viande de cheval, mois coûteuse et plus rentable, comme de la viande de boeuf, sans aucun scrupule !

Les informations fournies par l’agro-alimentaire sont-elles dignes de confiance?

Il fallait déjà être un scientifique pour décrypter une étiquette parmi les 8000 références en moyenne qui envahissent les rayons des supermarchés. Mais maintenant, nous, consommateurs, devons aussi douter de la fiabilité des informations fournies. Percer le mystère de notre alimentation est devenu un véritable cauchemar. En abusant de notre confiance, l’industrie agroalimentaire a montré à quel point elle était prête à jouer avec notre santé.

Les produits industrialisés

Chips, gâteaux, céréales pour le petit-déjeuner, plats préparés… en 50 ans, l’alimentation industrialisée est devenue incontournable. Les produits de cette industrie prospère occupent trois fois plus d’espace que les fruits et légumes dans les supermarchés. À table, dans nos assiettes, ils représentent 80 % de ce que nous consommons. Faciles, rapides, omniprésents, abordables et plutôt bons, ils sont incontournables et… irrésistibles.

Obésité, diabète… malgré les avertissements de l’OMS sur ces « épidémies » croissantes. Elles sont directement liées à notre régime alimentaire industrialisé, riche en calories et pauvre en nutriments. Si nous ne changeons rien à nos habitudes, nous risquons de devenir de plus en plus malades.
Quelle est la recette qui nous rend si accros à ces aliments ?

Le documentaire : de la drogue dans nos assiettes

J’ai visionné pour vous le documentaire « de la drogue dans nos assiettes ». Il est déjà un petit peu ancien, mais encore complètement d’actualité, les choses ne se sont pas améliorées, loin s’en faut.
Réalisé par Sylvie Deleule et Rémy Burkel, produit par Program33, Eklektik Productions et RTBF, avec la participation de France Télévisions, Planète+, RTS Radio Télévision Suisse, TV5 Monde, RDI/Radio Canada et Centre National du Cinéma et de l’Image animée.

Rémy Burkel, un journaliste franco-américain aux USA et en France, mène l’enquête.
Le constat est le suivant : manger trop et mal, c’est tomber malade à tous les coups.
3 millions de personnes chaque année meurent des suites d’une surcharge pondérale.
Nos ancêtres mangeaient pour assurer leur survie. Nous on ne mange plus ce dont on a besoin, mais ce qu’on aime.

Les produits sucrés

Aimer le sucre, c’est complètement naturel. Déjà tout nourrisson, nous avons une préférence très affirmée pour la saveur sucrée.
Mais quand on fait nos courses, il n’y a pas que nos goûts qui guident nos choix. Il y a le marketing des industriels et leur packagings pour nous faire acheter leurs produits.
L’industrie élabore et tranforme 80% de ce que nous mangeons.

Les produits transformés

Les produits transformés sont bourrés de produits chimiques.
Il peut y avoir jusque 50 composés dans un même produit. Le cerveau humain n’a jamais été programmé pour subir un tel assaut chimique ! Dans les produits naturels : 1 produit = 1 composé !

Dans ces produits, la plupart du temps on y a enlevé les fibres qui donnent la sensation de satiété (bien utile pour contrôler son poids!). Et à la place on a ajouté des éléments qui maximisent les propriétés sensorielles.
Et tout cela explose dans un bouquet de sensations avec des arômes, des odeurs…
Cela fait augmenter les ventes, mais les maladies aussi …
Le sucre fait passer tous les autres composants.

Et pour nos enfants ?

Tout ce qui est estampillé « enfants » est extrêmement sucré, depuis les petits pots pour bébé en passant par les céréales de petit déjeuner, les collations …
Nous éduquons nos enfants au sucre depuis leur plus jeune âge.

Qu’est-ce qu’une addiction à la nourriture?

Le journaliste donne l’exemple de la feuille de coca machonnée par les boliviens.
La feuille de coca ne rend pas accro. Par contre si dans un labo on extrait la molécule, elle devient plus active et plus concentrée et alors là, elle percute votre sang et votre cerveau. C’est beaucoup plus addictif.

Les sucres, graisses et sel

Les sucres, graisses, sel, qui agissent sur notre circuit nerveux de la récompense sont extraits et concentrés dans ces produits industriels (par ex : petits gâteaux, biscuits, …). Ils provoquent de vraies décharges dans notre cerveau.

Le journaliste relate une expérience menée par des chercheurs du CNRS ; ils ont injecté de la cocaïne par voie intra-veineuse chez des souris. Ensuite, ils leur laisse le choix entre une injection (ils n’ont qu’à appuyer) de cocaïne et une boisson très sucrée.
La grande majorité des souris se détourne de la cocaïne pour boire de plus en plus de sucre.

Un scanner du cerveau

Dans le film, ils mènent une autre expérience sur notre journaliste, il lui font un scanner du cerveau.
45 min après l’ingestion d’un milk shake au chocolat, les zones de la récompense dans son cerveau s’allument.
Après, ils comparent l’IRM de notre journaliste avec celui (mêmes conditions d’expérience) de quelqu’un vraiment dépendant à la nourriture.
Et on constate la différence ; beaucoup plus de zones sont activées. L’IRM du cerveau de la personne accro à la nourriture ressemble à un arbre de Noël !

Il y a une gradation entre consommer ces substances addictives, puis en abuser, et pour finir ne plus pouvoir s’en passer.
Tous les industriels sollicités pour ce tournage ont décliné l’offre de participation (Nestlé, Kraft, Danone, …). Ben tiens donc …

Les maladies chroniques

Il y a plus d’humains en surpoids, 1400 millions, que d’humains qui souffrent de la faim !
Il y a plus de 5 millions d’obèses.
Ce chiffre a doublé en 1 génération. Et ont suivies dans le sillage, des maladies comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires, …

L’étiquettage des produits

L’Europe a du légiférer sur l’information au consommateur sur les emballages des produits alimentaires transformés.
Le système le plus efficace et le plus simple (existant déjà en Allemagne, en Espagne et au Portugal) était un affichage de feux tricolores.
Cet affichage aurait permis au consommateur, en un coup d’oeil, de faire la différence entre les produits sains, bons pour la santé et les autres.

Les industriels se sont mobilisés contre ce projet.
Ils ont mis une pression énorme sur les députés européens, ils ont également fait du chantage à l’emploi, à la délocalisation.
Et ils ont dépensé un milliard d’euros pour faire des contre-études.

Les slogans santé des industriels

La plupart des « slogans santé » des industriels sont de la poudre aux yeux pour les consommateurs. Trop de ces solgants sont non fondés et, malgré tout, toujours sur le marché.

Pour exemple, Ferrero, pour son produit Nutella, a été condamné sur le marché américain, pour publicité trompeuse. Il a du s’acquitter de la modeste somme de 3 millions de dollards !
A quand chez nous?

Les maladies chroniques

En France, et dans les autres pays d’Europe, on assiste à une évolution majeure des maladies chroniques. Elles affectent aujourd’hui 16 millions de personnes, dont 2 millions et demi de diabétiques (chiffres pour la France uniquement).
On estime le coût des affections de longue durée (ALD) à 7.000€ par personne par mois contre 1.000€ pour quelqu’un « en bonne santé ».

Des taxes contre la malbouffe

Certains pays prennent des mesures contre la malbouffe. Par exemple, le Danemark, depuis deux ans, taxe tout ce qui est gras et sucré.

On peut considérer ces outils économiques comme des outils pour changer le comportement des consommateurs. Les produits malsains sont plus chers que les produits sains. En espérant que cela aide les gens à faire les bons choix.

Le choix volontaire du consommateur !

L’industrie agro-alimentaire plaide pour sa part pour « le choix volontaire » du consommateur.
Mais le consommateur a-t-il vraiment le choix? cela impliquerait qu’il soit vraiment informé, ce que cette même industrie redoute au vu de l’énergie déployée au parlement européen !

On en parle sur TéléStar : https://www.telestar.fr/actu-tv/autres-emissions/de-la-drogue-dans-nos-assiettes-au-sommaire-d-infrarouge-france-2-10134

Si vous avez besoin d’être accompagné dans une transition alimentaire : c’est ici

Vous avez rendez-vous avec votre santé